Avez-vous pensé à un accompagnement à distance ?

Et si nous rencontrions l'autre à la manière d'un tableau ?

Pour mieux communiquer, il peut être intéressant de décrypter une relation comme on décrypte un tableau. Avec cette oeuvre de Matisse, faisons l’expérience de découvrir ce que veut nous dire le peintre, et voyons ce que cela change.

Car la rencontre de l’autre peut être vécue comme la découverte d’une œuvre d’art. 

Première impression
En effet, comme devant une œuvre d’art dans un musée, une personne rencontrée peut générer en nous une première émotion, plus ou moins intense, et plus ou moins agréable. Nous pouvons rester sur cette première impression et passer notre chemin, jusqu’à l’œuvre suivante.

Interpellé ?
Mais si nous entamons une conversation avec la personne rencontrée et que l’autre nous déstabilise, il peut être judicieux de nous arrêter un moment, et de porter un regard observateur et curieux, comme devant une toile qui nous interpelle. Que veut dire mon interlocuteur ? Pourquoi s’exprime-t-il ainsi, et quelle est son intention ? Alors, je pourrai mieux le comprendre, et ajuster ma façon de communiquer avec lui.
A titre d’exemple, prenons ce tableau de Matisse « intérieur, bocal et poissons rouges ».

7f65ea92ea-disp.jpg

Je m’adresse plus particulièrement au lecteur qui n’a pas eu l’occasion à ce jour, de décrypter cette toile.

Observation et premières émotions

En regardant cette image, vous avez accès à une première impression. Quelle est-elle ? Peut-être trouvez-vous les couleurs harmonieuses, avec une atmosphère de sérénité qui se dégage ? 

Puis un questionnement apparaît

Dans le même temps, il est possible que vous contactiez une forme d’étrangeté. Est-ce en lien avec les tiges de la plante qui semblent rejoindre le sol, au loin, ce qui génère une confusion entre l’intérieur et l’extérieur ? Nous pouvons imaginer que nous sommes devant une photo, comme si nous étions dans la pièce. Pourtant, en y regardant de plus près, nous constatons que le peintre a retiré les lignes séparant les angles des murs et du sol, avec une peinture uniforme bleue, créant ainsi un espace plat. Autre sujet d’étonnement : les ombres ont été retirées. Toutes ? Non, une ombre figure en bas à droite du tableau. De quoi, de qui s’agit-il ? Quelle en est la signification ?

Pour trouver des réponses et donner du sens, mettons-nous à la place de l'auteur, de son contexte de vie

Toutes ces questions nous amènent à nous mettre à la place du peintre, pour trouver la clé de ces énigmes. La réponse est très éclairante : il s’agit de l’ombre de la tête du peintre, qui nous invite à nous déplacer et à regarder le tableau de la droite. Alors, les perspectives se mettent en place de façon plus juste. Matisse a souhaité, ainsi, proposer une expérience nouvelle à son époque, au spectateur occidental : le faire bouger devant l’œuvre, à la manière des orientaux. Il est intéressant de contextualiser cette nouveauté : lorsque Matisse il réalise ce tableau en 1914, le monde industriel se met en place, avec la concurrence de la photo. Il est donc temps de renouveler la peinture. Ainsi, tout s’éclaire.

Un regard différent, des émotions nouvelles
Quelles sont vos émotions maintenant, en regardant cette image du tableau ? Ont-elles évolué ? Quel regard portez-vous sur cette œuvre et sur son auteur ? Peut-être avez-vous envie de le (re)découvrir au musée, de rentrer en contact avec lui.
Et si nous abordions la rencontre de l’autre comme une œuvre d’art ?
De la même façon, dans nos relations aux autres, nous pouvons faciliter les échanges en portant un regard curieux de l’autre, sur le contexte dans lequel il s’exprime, ses intentions. Se mettre à la place de l’autre, chercher à percevoir la réalité qu’il perçoit, est toujours un exercice intéressant. 
Une clé de communication, lors de situations tendues ou conflictuelles
Dans des situations d’incompréhension mutuelle ou de conflit, cet exercice est particulièrement riche d’enseignements. Il peut être réalisé, de façon plus complète, dans le cadre d’une séance de coaching. Vous pouvez alors faire l’expérience de plusieurs positions : vous-même, votre interlocuteur, votre plus grand ami, voire un martien ! Cette compréhension enrichie de la situation vous permet ensuite de trouver la réponse la plus ajustée à la situation que vous rencontrez. 

Et vous, à quelle occasion vous mettez-vous à la place de l’autre ?

 

Cet article a été réalisé à partir d’une conférence donnée par Mobina Sheriff*, historienne d'art, en mars 2016 sur le thème "Matisse, Espace oriental, Espace occidental" *http://inspiring-art-management.com

 

+1
Share
Send