Avez-vous pensé à un accompagnement à distance ?

Début 2016 : résolutions passagères, ou réels objectifs ?

Comment sortir des résolutions qui ne sont pas suivies des faits, et prendre la voie de la réussite ? Voyons comment sont posés les objectifs de Thomas, en séance de coaching.


Résolutions passagères, ou réels objectifs ?

Nous savons tous que les résolutions de début d’année sont très peu suivies des faits. Ce qui génère une baisse de l’estime de soi, et une forme de découragement.
Alors, plutôt  que générer la frustration de ne pas y arriver, la tentation peut être grande d’abdiquer.
Heureusement, il existe plusieurs façons de passer à l’action. L’une des étapes essentielles pour y arriver, est de transformer les résolutions en objectif SMARTE, et de se poser les bonnes questions en amont.

Extrait de séance de coaching

« A quoi bon prendre la résolution de mieux s’organiser pour partir du bureau plus tôt, si je sais par avance que je n’y arriverai pas ? » C’est ce que me dit Thomas, d’une voix dépitée, en cette froide matinée de janvier. Nous sommes dans une salle de réunion, à Paris. Il s’agit de notre première séance de coaching.
Thomas, la trentaine, est manager dans une société immobilière, depuis 2 ans. Son hiérarchique lui a proposé un coaching, pour lui permettre de prendre du recul, et de s’organiser autrement. En effet, le risque identifié pour lui est l’épuisement professionnel, et de plus, il y a des tensions dans les équipes.
A l’écouter, lever le pied parait impossible. Il m’explique  les clients, les arriérés, les tensions dans la direction, le nouveau projet, la restructuration, etc. J’ai de l’empathie pour cet homme qui aime son métier, qui a envie de bien faire et qui s’épuise au travail. Comment peut-il se libérer d’une telle charge ? Je ressens une forme d’abattement. Mes épaules commencent à tomber, et si je ne fais rien, je vais bientôt contacter l’impuissance !
Je redresse les épaules, et partage mon ressenti. Partir du bureau plus tôt dans ces conditions, ne va pas de soi, effectivement.  C’est bien pour cela qu’un coaching est initié, n’est-ce pas ? Thomas acquiesce.
Ce qu’il appelle résolution, nous allons le transformer en objectif « SMARTE », ce qui signifie : Spécifique (précis) – Mesurable - Ambitieux – Réaliste – Temporel (défini dans le temps) – Ecologique (Equilibre professionnel et personnel).
Thomas choisit de se fixer comme objectif de partir à 19h au plus tard, deux journées par semaine : le mardi et le jeudi, qui généralement ne comportent pas de réunion en fin de journée.
Je demande à Thomas de se projeter dans le temps, d’imaginer qu’il a atteint son objectif. Je vois son visage s’éclairer progressivement. « Si je réussis à partir deux jours par semaine, je peux aller me détendre, retrouver des amis, aller à la piscine – j’adore nager, mais je ne trouve plus le temps ! ».
Ce que cela va lui apporter ? Eviter de sombrer dans le burn-out, ce qui serait catastrophique pour lui-même, comme pour l’entreprise. Retrouver un équilibre de vie professionnel/personnel, et l’énergie de vie qui était la sienne avant de prendre ce poste.
Y aurait-il des inconvénients, à partir à 19h ces jours-là ? La réponse arrive, évidente : « déjà que je suis débordé actuellement, j’ai peur d’être encore plus submergé ».
Y a-t-il des empêchements à atteindre cet objectif ? Aucun qui ne vienne de l’extérieur, d’autant que son hiérarchique lui a clairement demandé. Son principal obstacle est interne : il ne sait pas comment faire avec la quantité de travail à absorber, et avec les difficultés relationnelles dans l’équipe.
Le moyen d’y arriver ? Thomas va le trouver en travaillant autrement, de façon plus efficace, en restaurant les liens avec son équipe et en déléguant davantage.
Nous posons alors trois autres objectifs :
- Comment s’organiser autrement et mieux gérer son temps (identifier les sujets importants et prioritaires, limiter le temps consacré à de sujets qui ne le sont pas)
- Savoir dire non, car il ne sait pas bien poser des limites
- Développer la délégation à ses adjoints (quels dossiers, comment, quand..)
Nous définissons ces objectifs de façon SMARTE.
Résultat : Thomas s’engage pleinement dans la démarche, et six mois après notre premier échange, il a retrouvé le sourire : chaque semaine, il a repris le chemin de la piscine, et il ne se sent plus débordé comme avant. Ses adjoints ont pris le relais de façon très satisfaisante, et les tensions se sont apaisées dans l’équipe.


Et vous, avez-vous un objectif, en ce début d’année ?

Pour vous aider à l’atteindre, un conseil : formulez le de façon SMART

  • Spécifique : suffisamment précis et inscrit dans un contexte (où, avec qui, quand, comment) 
  • Mesurable : associé à des indicateurs objectifs, observables
  • Ambitieux : qui soit un challenge motivant
  • Réaliste : atteignable par vous, à votre portée
  • Temporel : défini dans le temps, avec une échéance
  • Ecologique : qui respecte votre équilibre et celui du système concerné par votre objectif (professionnel, familial)
Pour aller plus loin, posez-vous les questions suivantes :
  • Quels pourraient être les inconvénients à atteindre cet objectif ? S’il y en a un, comment pourriez-vous formuler votre objectif différemment ?  
  • Qu’est-ce qui vous empêche aujourd’hui, d’atteindre votre objectif ? 
  • Y-a-t-il des obstacles extérieurs à vous ? (une personne qui s’oppose, une culture différente …) ou intérieurs ? (ne pas savoir comment faire autrement, ce qui était le cas de Thomas)
  • Qu'allez vous gagner, en atteignant cet objectif ? 
  • Quels peuvent être vos alliés sur votre chemin de réussite ?

Il n'est pas de vent favorable pour celui qui ne sait pas où il va. Sénèque



+1
Share
Send